Les disciplines de la section canoë-kayak

De nombreuses disicplines sont affiliées à la FFCK (Fédération Française de Canoë-Kayak). Parmi celles-ci, les plus pratiquées dans nos régions sont le slalom et la course en ligne (deux disciplines olympiques) ainsi que la descente et le kayak-polo (qui donnent lieu à un championnat du Monde tous les deux ans).

La section canoë-kayak de l’ASCPA propose essentiellement le slalom et le kayak-polo.

La descente et la course en ligne ne sont pratiquées que dans le groupe « espoirs » (pratiques obligatoires pour le championnat de ce groupe).

Le slalom

Le slalom est une course contre la montre où les concurrents doivent suivre un parcours comportant entre 18 et 25 portes, de couleur rouge ou verte. On doit passer entre les fiches sans les toucher, dans le sens de la descente pour les vertes, en remontée pour les rouges. Chaque touche donne une pénalité de 2 points, tandis qu’une porte franchie de manière incorrecte entraîne 50 points de pénalité. Les pénalités sont ajoutées au temps réalisé qui est converti en points.

Un groupe de compétiteurs de l’ASCPA (cadets, juniors, seniors, vétérans) pratique le slalom au niveau national.

Cette pratique -olympique- est obligatoire pour le groupe « espoirs » (poussins, benjamins, minimes, cadets débutants).

Le Rhin Tortu ou Krimmeri est un cours d’eau qui relie Plobsheim à Strasbourg et se jette dans l’Ill à côté de l’ASCPA. C’est sur cette rivière qu’a été aménagé le parcours de slalom de l’ASCPA.

La descente

En descente, il s’agit de descendre le plus vite possible une rivière d’un point amont à un point aval. C’est une course individuelle contre la montre. Le pratiquant se retrouve seul face aux éléments et doit choisir la trajectoire optimale entre les courants et les obstacles.

Il existe deux types de course :

  • la « descente classique » d’une durée de 5 à 25 minutes
  • la « descente sprint » en 2 manches cumulées, d’une durée de 1′ à 2’30 chacune

Les bateaux de descente sont dotés d’une coque très étroite et instable leur conférant une grande vitesse mais peu de maniabilité. Les étraves fines (pointe avant) permettent de fendre les vagues.

À l’ASCPA, la descente n’est pratiquée que par le groupe « espoirs » (poussins, benjamins, minimes, cadets débutants), pour lequel elle est obligatoire.

Le kayak-polo

Deux équipes de 5 joueurs se disputent un ballon à la main ou à l’aide de la pagaie, sur une surface de jeu rectangulaire de 25 à 50 mètres de longueur maximum, équipée de 2 buts surélevés à 2 mètres, et d’une taille de 1,50 m par 1 m. Ces deux équipes ont deux mi-temps de 10 minutes pour se départager, avec une pause de 2 minutes pour changer de côté et recibler leur stratégie de jeu.

L’objectif est de marquer le plus de buts possibles ; pour cela, le poloïste dispose de différentes techniques pour s’emparer du ballon :

  • la classique : à la main
  • à la pagaie
  • et même avec le bateau

Pour la conquête du ballon tout est autorisé ou presque (dans la limite du règlement), y compris pousser son adversaire à l’eau quand celui-ci se trouve à au moins un mètre du bateau.

Les mesures minimales du kayak sont de 2 m pour sa longueur, de 60 cm pour sa largeur et de 7 kg pour son poids. Les extrémités avant et arrière sont arrondies et une protection (bourrage) doit y être solidement fixée. Un gilet de sauvetage doit assurer en plus une protection significative contre les coups (pagaies, kayak….). Un casque de protection avec visière (grille) est obligatoire.

Le kayak-polo comprend des compétitions régionales, nationales (championnats de France en plusieurs divisions) et internationales (championnats d’Europe et du Monde). Ces sport n’étant pas olympique, il est donc présent aux World Games.

Voir le palmarès de l’ASCPA

La course en ligne

Une course en ligne (CEL) se déroule en eau plate, sans courant, sur un bassin aménagé, lac ou retenue d’eau d’un fleuve.

Au coup de feu du starter, les athlètes s’élancent par séries à l’intérieur de 9 couloirs parallèles pour 200, 500 ou 1 000 m pour les courses de vitesse, ou 5 000 m pour les courses de fond (sans couloirs). Après plusieurs séries de qualifications, ils arrivent en finale.

À l’ASCPA, la course en ligne -discipline olympique- n’est pratiquée que par le groupe « espoirs » (poussins, benjamins, minimes, cadets débutants), pour lequel elle est obligatoire.

Fermer le menu